À propos

Afro Ko (qui signifie « une affaire d’afro » en langue dioula) est une structure qui œuvre dans la valorisation de l’identité culturelle de la population africaine, la valorisation des cheveux naturels, la valorisation du cosmétique naturel local et naturel et la promotion des entrepreneurs qui se lancent dans ce domaine.

Notre objectif est d’encourager le retour au naturel des femmes afro, valoriser les cheveux crépus chez les femmes noires et métissées ; lutter contre la dépigmentation volontaire et promouvoir l’utilisation de produits cosmétiques locaux pour tous types de peau.

Afro Ko se divise en trois (3) principaux volets : un blog entièrement dédié à l’éducation et l’Information sur les cheveux afro et la peau noire ; un volet évènementiel dédié à l’organisation de formations, activités de networking et vitrine de promotion des produits cosmétiques locaux ; Un Spa Capillaire composé d’un institut et d’une boutique en ligne dédié à la promotion et la vente de produits cosmétiques locaux.

Les fondatrices

Mina TOURÉ, Co-fondatrice:

« Avec un background en Finance et Management Stratégique des entreprises, je suis actuellement Gestionnaire d’un lycée privé à Ouagadougou au Burkina Faso. Je suis aussi activiste sociale, passionnée de notre africanité, d’artisanat et d’éducation. Nos cheveux crépus et notre peau sont deux aspects forts de notre africanité. Le retour au naturelle a été pour moi l’une des plus grandes décisions que j’ai prises, une décision qui a déterminé un tournant important dans ma vie. Crise identitaire peut-être, mais il s’agit plus encore d’une découverte de soi et du début d’une lutte importante. On apprend à aimer chaque fibre de son corps, on apprend à découvrir son identité réelle; surtout on apprend à s’identifier aux bonnes personnes.Soyons Fortes, Soyons Fières, Restons Naturelles. »

Dalila YARO, Co-fondatrice:

« Formée en Géographie humaine, je me spécialise dans les problématiques liées au développement communautaire, l’innovation sociale, l’éducation et l’empowerment de la jeunesse Africaine, plus particulièrement des jeunes femmes. Passionnée d’art, de mode et de culture africaine, je lie ma passion à ma formation pour m’engager autour de divers sujets sociaux, dont l’identité culturelle de la communauté Afro. Les cheveux crépus représentent pour moi, non seulement une bataille identitaire, mais aussi un une redécouverte culturelle. De Montréal à Ouagadougou et grâce aux différents réseaux qui sont à ma disposition, je parle, j’écris. Je m’adresses à la jeunesse africaine ».

CONTRIBUTEURS-TRICES

 

%d blogueurs aiment cette page :